L’aménagement intérieur de notre yourte

Voilà, la première yourte et la mezzanine sont maintenant montées. Il ne « reste plus qu’à ouch » aménager l’intérieur. C’est à dire :
– préparer les ossatures des cloisons, des chambres, de la salle de bain, du local technique et des toilettes
– monter l’électricité : gaines, prises, luminaires, panneau électrique…
– faire la plomberie et les évacuations d’eaux usées
– fabriquer les toilettes sèches
– monter les murs en torchis (nous avons fait ce choix pour pallier au manque d’inertie des yourtes et pour un confort acoustique dans les chambres)
– fabriquer les rambardes de la mezzanine
– construire la cuisine
– monter la douche et l’évier de salle de bain
Oufff… et nous nous étions donnés 2 mois pour réaliser tout cela car fin septembre, nous nous doutions que la vie en caravane avec un p’tit bout de 2 ans, ce serait moins drôle.

L’électricité, la plomberie et la fumisterie ont été réalisées par des artisans locaux, Arti’tude. Allez une fois n’est pas coutume, je vais leur faire un peu de pub car ils (Fabien et Sylvain pour les citer) ont fait du très bon boulot avec là aussi un super professionnalisme (après le fabricant de yourte et le terrassier, décidément on a vraiment eu beaucoup de chance ! !). Le challenge n’était pas forcément évident mais le résultat est très réussi : électricité et plomberie parfaitement intégrés à l’ensemble et fumisterie esthétique et fonctionnelle. Alors merci à eux.

Tout le reste a été fait par nous-mêmes avec une grande part de matériaux de récupération (bois, portes, quincaillerie, éviers…) ou de matériaux locaux (anciens grillages à mouton, terre du terrassement, foin fauché manuellement cet été…). Pour ce qui est des achats neufs, c’est vite fait : le frigo, le robinet de la cuisine, le meuble à tiroir et les luminaires…

Alors n’étant pas des bricoleurs nés, il faut être indulgent et ne pas trop regarder les détails 

C’est toujours plus parlant avec des photos alors voici quelques clichés pris pendant le chantier.Il a donc fallu monter toutes les ossatures en bois qui allaient accueillir les torchis des cloisons.Une fois les montants installés, nous avons utilisé 2 techniques d’accroche pour le torchis.
La première : du grillage à mouton (nous en avions récupéré beaucoup sur le terrain) sur 2 couches décalées pour que les trous soient plus petits et que la structure soit plus rigide. Le tout est agrafé solidement aux montants. Cette technique permet une grande souplesse de forme et de remplissage et est rapide à mettre en œuvre. Par contre la pose du torchis est plus délicate, la structure étant légèrement souple, il faut un mélange bien fibré pour ne pas s’arracher les cheveuxyes

La deuxième (technique ancestrale dans les maisons à colombage notamment), des lattis de bois cloutés sur des petits tasseaux eux même vissés dans les montants. Elle est gourmande en temps et en bois mais la mise en œuvre du torchis est plus facile.Dans les, deux techniques, nous avons incrusté un maximum de vieux clous pour facilité l’accroche sur les bords et éviter le retrait (phénomène qui apparaît au séchage, où la terre s’écarte de quelques millimètres, voire centimètres du bois)
.Il faut ensuite faire le passage des gaines électriques qui seront prises dans le torchis06-passage-gaines-electriquesLes prises murales sont fixées comme on peut à l’ossature.07-incrustation-des-prises-dans-le-torchi

Tous les réseaux sont regroupés dans un local technique : le ballon d’eau chaude, la VMC, l’eau et les nourrices, le panneau électrique et télécoms.

08-futur-local-technique-avec-chauffe-eau-panneau-electrique-et-vmcAprès quelques essais de mélange, on commence les premières appliques de torchis.

Notre recette :
– 1 seau d’argile
– 2 seaux de sable argileux
– 2 seaux bien tassé de foin découpé en bout 15-20 cm
– 1 verre de chaux
– 1 verre de ferment (céréales fermentées dans un gros volume d’eau pendant plusieurs semaines)

Le tout est mélangé à la bétonneuse.
09premiers-essai-le-recto10-premiers-essai-le-verso

Nous n’avons finalement pas fait d’enduit de finition (projet de départ), trouvant que le torchis bien lissé à la taloche et à la main était très beau comme ça…Pourquoi nous embêter !sarcastic11-etapes-du-torchi12-vue-cote-piece-de-vie

13-vue-de-la-chambreIci, nous avons incrustés des carreaux rouges (qui donnent entre la cuisine la chambre adulte), cela fait un chouette effet de lumière le soir avec les lampes.
14-integration-de-carreauxLe piédestal pour le poêle a 2 fonctions : d’abord accumulateur de calorie supplémentaire avec le torchis et les briques de terre et servir de coupe-feu avec le sol et le mur en toile arrière.15-piedestal-qui-acceuillera-le-poele16-vue-de-la-salle-de-bainD’autres essais d’incrustations… on s’amuse bien hein ^^17-dautres-integration-dans-le-torchiAprès les torchis, c’était au tour de la cuisine. Totalement sur-mesure. De toute façon étant donné que rien n’est droit, nous n’avions pas vraiment le choix. Et comme nous cuisinons beaucoup, nous voulions qu’elle soit vraiment adaptée à nos besoins.
18-debut-du-montage-de-la-cuisine19-toujours-la-cuisineEnsuite, la salle de bain, simple mais fonctionnelle
20-la-salle-de-bain-simple-mais-fonctionnelleLes rambardes sur la mezzanine, fabriqués à partir de 3 râteliers à bétail récupérés.21-montage-des-rambardes-de-la-mezzannineDans la chambre qui donne au nord, nous avons compensé le manque de luminosité par des sas de lumière qui donnent sur le dôme afin de faire entrer plus de lumière naturelle.22-puits-de-lumiere-dans-la-chambre-des-enfantsLes toilettes sèches, il ne reste plus qu’à mettre la lunette…
23-les-toilettes-sechesEt enfin, la pose de la fumisterie pour le poêle à bois. Ici c’est le passage dans le panneau prévu à cet effet.
24-le-panneau-de-sortie-de-poele

Et à l’extérieur.
25-fumisterie-exteireure26-le-chapeau-final

Ce contenu a été publié dans Habitat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *