Hygiène mentale et autodéfense intellectuelle


Le prisme de lecture que nous utilisons façonne nos connaissances, nos croyances, nos certitudes et donc notre vision du monde. Celle-ci dépend essentiellement de  notre éducation, notre culture et notre religion (si nous en avons une). Mais alors comment déceler le « vrai » ou du moins le « vraisemblable », des croyances. Avant toutes choses, il est important et même primordial de choisir avec « soin la méthode avec laquelle nous nous mettons des trucs dans le crâne ».

La méthode hypothético-déductive qu’on appelle plus simplement la « méthode scientifique » est celle qui jusqu’à présent est la plus fiable et la plus aboutie. Elle permet en effet de s’affranchir des nombreux biais cognitifs et des « défauts » de notre cerveau que l’Évolution a élaboré petit à petit pour permettre au genre homo de survivre dans la savane et non pour penser rationnellement !

Cette démarche va ainsi nous permettre d’éclairer le chemin sur lequel nous nous trouvons et  de faire des choix en connaissance de cause. Nous pouvons en effet tomber dans de nombreux travers et idéologies contre-productifs. Dans notre cas c’est principalement la question du modèle agricole qui nous intéresse. Bio-biodynamie, OGM, chimie, traction animale, exploitation animale, mécanisation, scientisme sont autant de sujets pouvant conduire à des idéologies.

Voici donc quelques références de base à regarder qui vont permettre d’avancer sur ces questions dans nos prochains sujets.


Un premier entretien avec Richard Monvoisin, enseignant à l’université de Grenoble et chercheur au CorteX :


Puis les épisodes de la chaîne « Hygiène mentale » à qui j’ai emprunté le titre de cet article. C’est plus complet et très poussé, en regardant les 28 épisodes de cette série vous serez armés lourdement pour faire tourner à plein régime votre esprit critique.


Un entretien avec l’écrivain Jean-Claude Carrière : « Homo narrans » (l’homme qui raconte) Interview réalisée autour des rapports de l’humain et de la croyance dans le cadre du documentaire « Les lois de l’attraction mentale »

Et pour aller plus loin si le sujet vous intéresse beaucoup, je ne saurais trop vous conseiller les cours que Richard Monvoisin donne à l’université et qui ont été entièrement filmés. Une session de 24 heures qui devrait vous permettre d’achever votre initiation à l’esprit critique.

L’énergie et la transition énergétique

Nous avons vu précédemment qu’il était primordial de choisir la méthode avec laquelle nous nous nous mettions des choses dans le crâne. Si vous ne voyez pas de quoi nous parlons, je vous invite à aller lire notre article avant celui-ci.

Pour commencer et afin d’être tous d’accord sur les fondamentaux, demandons-nous ce qu’est vraiment l’énergie. Au premier abord, la question parait simple et pourtant, et pourtant…

Pour vous expliquer tout cela, je ne vais pas réinventer « le fil à couper l’eau chaude » surtout sur des questions aussi pointues. Je vais plutôt vous proposer plusieurs supports qui vont le faire bien mieux que moi.

Le plus complet et le plus abordable selon moi, c’est le travail remarquable que produit Jean-Marc Jancovici, ingénieur consultant en énergie / climat. Je vous propose de regarder la vidéo d’une de ses conférences donnée à la cité des sciences en novembre 2017.

Si vous avez du mal à écouter/regarder une conférence et que vous préférez le support texte, voici un article du même Jean-Marc Jancovici équivalent aux propos de la conférence.

Jean-Marc Jancovici
 » article L’énergie, de quoi s’agit-il exactement ? »


Si vous n’avez pas le courage d’écouter une conférence d’une heure et demi, vous pouvez regarder ce petit film d’animation très bien fait sur le fond « scientifique » bien qu’un peu anxiogène sur la forme (on ne peut pas dire que la narratrice ait vraiment la pêche )


Enfin, si vous trouvez tout cela un peu trop « technique », je vous propose de suivre un MOOC réalisé par les associations « Avenir Climatique » et « Bilan Carbone » qui permet d’appréhender la question de l’énergie plus simplement. C’est aussi un support qui peut-être facilement montré aux enfants. Il est composé de 5 chapitres qui peuvent ainsi être regardés sur plusieurs jours.

Chapitre 1 : Nous sommes accros aux énergies fossiles

Chapitre 2 : Combien nous reste t-il d’énergie fossile ?

Chapitre 3 : Changement Climatique – Chaud Devant !

Chapitre 4 : 2°C – Evitons l’ingérable, gérons l »inévitable !

Chapitre 5 : Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

L’effondrement ou « comment construire le déclin ? »

Cet article aborde l’un des aspects les plus difficiles à appréhender de la démarche de l’escargot tranquille. Au premier abord vous le trouverez peu-être anxiogène voire farfelu, certains n’y prêteront même aucun crédit, pourtant n’y voyez ni catastrophisme, ni vision apocalyptique pas plus qu’un fatalisme sans avenir. Au contraire, vous découvrirez que même dans le pire des scénarios, rien n’est jamais tout noir.

Au préalable, nous vous conseillons la lecture de  l’article du blog qui traite de l’énergie. Il est en effet important de bien comprendre clairement ce qu’est l’énergie et à quel point notre civilisation y est totalement dépendante.

Cette fois, nous allons nous appuyer sur les travaux de l’association ADRASTIA pour vous présenter ce sujet.

« Adrastia vient du grec ancien Adrasteia  :  » auquel on ne peut échapper « . Le Comité Adrastia a pour objectif d’anticiper et préparer le déclin de la civilisation thermo-industrielle de façon honnête, responsable et digne. »

Il s’agit d’une conférence très accessible proposée par Vincent Mignerot, divisée en 5 parties synthétiques et  qui résume parfaitement la problématique ! 

  1 – l’énergie, c’est tout

 

2 – Les limites du développement : manque d’énergie, fin des ressources

3 – Les limites du développement : perturbations climatiques majeures

4 – Pourquoi ne parvenons-nous pas à modifier le cours de notre évolution ?

 

5 – Adrastia, son éthique, son programme

« Adrastia n’envisage pas un déclin humain par crainte irrationnelle ou selon des argumentaires infondés. Tous les « facteurs limitants » évoqués sont vérifiables, les indices les plus accessibles éprouvant leur réalité sont d’ailleurs aisément accessibles : coût du pétrole et du gaz, augmentation de la quantité et de la gravité des conflits dans les pays où ils se situent (ou par lesquels ils transitent), taux de chômage, pouvoir d’achat, accessibilité aux soins, notamment pour les plus démunis, fracture sociale, stagnation globale des économies et déclin déjà entamé pour certaines. »

Pour compléter cette conférence, je vous propose 2 interventions de Vincent Mignerot
– un podcast de l’émission « Sismique » :

Et l’entretien réalisé par Thinkerview :

Si vous souhaitez compléter cette première approche, je vous conseille de fouiller le fond documentaire du site d’Adrastia. Je voudrais vous proposer quelques-uns des articles emblématiques mais je n’arrive pas à choisir alors bonne lecture !

Peut-on vraiment protéger l’environnement ?

Pour terminer ce cycle d’articles visant à comprendre les ressorts qui nous ont amené à faire nos choix, je vous propose une dernière conférence de Vincent Mignerot qu’il donne en tant que chercheur indépendant (et non plus en tant que président de l’association Adrastia comme la précédente vidéo sur la question de l’effondrement).
Ses hypothèses de travail cherchent à remonter à la source, à la cause des causes pour tenter d’expliquer comment l’espèce humaine a pu en arriver là.