L’aménagement intérieur de notre yourte

Voilà, la première yourte et la mezzanine sont maintenant montées. Il ne « reste plus qu’à ouch » aménager l’intérieur. C’est à dire :
– préparer les ossatures des cloisons, des chambres, de la salle de bain, du local technique et des toilettes
– monter l’électricité : gaines, prises, luminaires, panneau électrique…
– faire la plomberie et les évacuations d’eaux usées
– fabriquer les toilettes sèches
– monter les murs en torchis (nous avons fait ce choix pour pallier au manque d’inertie des yourtes et pour un confort acoustique dans les chambres)
– fabriquer les rambardes de la mezzanine
– construire la cuisine
– monter la douche et l’évier de salle de bain
Oufff… et nous nous étions donnés 2 mois pour réaliser tout cela car fin septembre, nous nous doutions que la vie en caravane avec un p’tit bout de 2 ans, ce serait moins drôle.

L’électricité, la plomberie et la fumisterie ont été réalisées par des artisans locaux, Arti’tude. Allez une fois n’est pas coutume, je vais leur faire un peu de pub car ils (Fabien et Sylvain pour les citer) ont fait du très bon boulot avec là aussi un super professionnalisme (après le fabricant de yourte et le terrassier, décidément on a vraiment eu beaucoup de chance ! !). Le challenge n’était pas forcément évident mais le résultat est très réussi : électricité et plomberie parfaitement intégrés à l’ensemble et fumisterie esthétique et fonctionnelle. Alors merci à eux.

Tout le reste a été fait par nous-mêmes avec une grande part de matériaux de récupération (bois, portes, quincaillerie, éviers…) ou de matériaux locaux (anciens grillages à mouton, terre du terrassement, foin fauché manuellement cet été…). Pour ce qui est des achats neufs, c’est vite fait : le frigo, le robinet de la cuisine, le meuble à tiroir et les luminaires…

Alors n’étant pas des bricoleurs nés, il faut être indulgent et ne pas trop regarder les détails 

C’est toujours plus parlant avec des photos alors voici quelques clichés pris pendant le chantier.Il a donc fallu monter toutes les ossatures en bois qui allaient accueillir les torchis des cloisons.Une fois les montants installés, nous avons utilisé 2 techniques d’accroche pour le torchis.
La première : du grillage à mouton (nous en avions récupéré beaucoup sur le terrain) sur 2 couches décalées pour que les trous soient plus petits et que la structure soit plus rigide. Le tout est agrafé solidement aux montants. Cette technique permet une grande souplesse de forme et de remplissage et est rapide à mettre en œuvre. Par contre la pose du torchis est plus délicate, la structure étant légèrement souple, il faut un mélange bien fibré pour ne pas s’arracher les cheveuxyes

La deuxième (technique ancestrale dans les maisons à colombage notamment), des lattis de bois cloutés sur des petits tasseaux eux même vissés dans les montants. Elle est gourmande en temps et en bois mais la mise en œuvre du torchis est plus facile.Dans les, deux techniques, nous avons incrusté un maximum de vieux clous pour facilité l’accroche sur les bords et éviter le retrait (phénomène qui apparaît au séchage, où la terre s’écarte de quelques millimètres, voire centimètres du bois)
.Il faut ensuite faire le passage des gaines électriques qui seront prises dans le torchis06-passage-gaines-electriquesLes prises murales sont fixées comme on peut à l’ossature.07-incrustation-des-prises-dans-le-torchi

Tous les réseaux sont regroupés dans un local technique : le ballon d’eau chaude, la VMC, l’eau et les nourrices, le panneau électrique et télécoms.

08-futur-local-technique-avec-chauffe-eau-panneau-electrique-et-vmcAprès quelques essais de mélange, on commence les premières appliques de torchis.

Notre recette :
– 1 seau d’argile
– 2 seaux de sable argileux
– 2 seaux bien tassé de foin découpé en bout 15-20 cm
– 1 verre de chaux
– 1 verre de ferment (céréales fermentées dans un gros volume d’eau pendant plusieurs semaines)

Le tout est mélangé à la bétonneuse.
09premiers-essai-le-recto10-premiers-essai-le-verso

Nous n’avons finalement pas fait d’enduit de finition (projet de départ), trouvant que le torchis bien lissé à la taloche et à la main était très beau comme ça…Pourquoi nous embêter !sarcastic11-etapes-du-torchi12-vue-cote-piece-de-vie

13-vue-de-la-chambreIci, nous avons incrustés des carreaux rouges (qui donnent entre la cuisine la chambre adulte), cela fait un chouette effet de lumière le soir avec les lampes.
14-integration-de-carreauxLe piédestal pour le poêle a 2 fonctions : d’abord accumulateur de calorie supplémentaire avec le torchis et les briques de terre et servir de coupe-feu avec le sol et le mur en toile arrière.15-piedestal-qui-acceuillera-le-poele16-vue-de-la-salle-de-bainD’autres essais d’incrustations… on s’amuse bien hein ^^17-dautres-integration-dans-le-torchiAprès les torchis, c’était au tour de la cuisine. Totalement sur-mesure. De toute façon étant donné que rien n’est droit, nous n’avions pas vraiment le choix. Et comme nous cuisinons beaucoup, nous voulions qu’elle soit vraiment adaptée à nos besoins.
18-debut-du-montage-de-la-cuisine19-toujours-la-cuisineEnsuite, la salle de bain, simple mais fonctionnelle
20-la-salle-de-bain-simple-mais-fonctionnelleLes rambardes sur la mezzanine, fabriqués à partir de 3 râteliers à bétail récupérés.21-montage-des-rambardes-de-la-mezzannineDans la chambre qui donne au nord, nous avons compensé le manque de luminosité par des sas de lumière qui donnent sur le dôme afin de faire entrer plus de lumière naturelle.22-puits-de-lumiere-dans-la-chambre-des-enfantsLes toilettes sèches, il ne reste plus qu’à mettre la lunette…
23-les-toilettes-sechesEt enfin, la pose de la fumisterie pour le poêle à bois. Ici c’est le passage dans le panneau prévu à cet effet.
24-le-panneau-de-sortie-de-poele

Et à l’extérieur.
25-fumisterie-exteireure26-le-chapeau-final

Montage de notre yourte contemporaine

C’est en juillet 2015 que s’est déroulé le chantier participatif de montage de notre yourte RT2012, fabriquée par Yourteco les 4 mois précédents. Ce fut forcément un moment mémorable pour nous, chargé d’émotions avec de très belles rencontres, des énergies et des intentions empreintes de bienveillance qui nous ont fait tellement chaud au cœur qu’en écrivant ces lignes, j’en ai encore les larmes qui montent. Quel sentimental je fais… :roll :

Nous avions prévu cinq jours de montage avec 15 à 20 copains tous les jours. Finalement, nous l’aurons monté en quatre car la pluie nous a contraint à nous dépêcher et à réorganiser complètement le planning. Heureusement que nous étions nombreux, cela nous a permis de faire une très grosse journée avec 2 équipes qui se relayaient…et vive le productivisme ! ! ! ^^

Voici maintenant quelques photos pour partager l’ambiance du chantier et montrer quelques étapes de montage.
Avant tout, il a fallu faire rentrer la semi-remorque avec grue et l’amener jusqu’à l’emplacement de la yourte, ce ne fut pas une mince affaire et heureusement que le chauffeur était professionnel et conciliant, un grand merci à lui au passage.dechargement-des-elements-de-la-grue

Ensuite, il s’agissait d’assembler les dix « morceaux » du plancher. Le travail de terrassement et de mise en place des plots en amont est crucial, il faut que tout soit de niveau. On peut voir les compris-bandes qui font l’étanchéité à l’air entre les éléments.
assemblage-des-modules-du-plancherC’est le moment où c’est important d’être assez nombreux et où il faut réussir à synchroniser tout le monde. Un petit conseil : Une seule personne pour donner les directives ! ! yesallez-tous-ensemble-ooooh-hisseIl faut parfois user de la force pour que tout s’encastre comme il faut.

ca-va-rentrer-ouiIl faut parfois être patient et faire preuve de diplomatie sur un chantier sarcasticyourteco-et-la-diplomatieRien de tel que de danser en rythme, peut-être moins efficace que la masse, mais plus rigolo et plus social happy
en-rythmeIl n’est jamais trop tôt pour commencer…hihihi
il-nest-jamais-trop-tot-pour-passer-laspirateurAprès, on assemble le parquet flottant de hêtre. Le choix de départ était un parquet massif, mais visser dans l’OSB il aurait compromis l’étanchéité à l’air pour la RT2012.
montage-du-parquet-flottantAvant d’emménager dans la yourte, nous avons vécu sur place plusieurs mois à quelques dizaines de mètres en caravane et avec le bel été 2015 que nous avons eu, les conditions étaient idéales.
le-camp-de-baseÉtape importante, la pose de la porte d’entrée. C’est en effet elle qui détermine la position de tous les autres éléments. Elle sera à l’Est.
la-pose-de-la-porteEnsuite, on pose les cadres qui accueilleront les portes-fenêtres.
les-panneaux-des-portes-fenetresEn parallèle, on commence à monter les treilles qui relient les cadres. Pensez à protéger le parquet avec des cartons de récup’
les-panneaux-des-portes-fenetresVoilà, les murs sont prêts. Ça commence à ressembler à quelque choseles-murs-sont-pretsQuelques bras forts, qui n’ont pas le vertige et voilà le tonoo qui s’élève dans le ciel.on-monte-le-tonooLa première perche est posée. Plus que quatre pour soulager un peu les porteurs !erfles-premieres-perchesSur le sol ou dans les airs, à l’aise comme un poisson dans l’eau…a-laise-finger-in-the-noseVoilà, il y a suffisamment de perches pour que le tonoo tienne seul, il faut maintenant ajouter les dernières perches. Pendant ce temps, une autre équipe s’occupe de monter la mezzanine. Pas de temps perdu, ça bosse, ça bosse, mais il faut dire que la météo n’annonce pas des bonnes nouvelles alors nous devons anticiper l’arrivée de la pluie aussi.cryles-perches-toujoursVoilà, toute l’ossature est maintenant presque terminée, plus que deux ou trois perches.
et-voila-lossature-monteeLa nuit arrive et avec elle, la pluie. Nous décidons donc de bâcher entièrement la yourte.une-bache-pour-proteger-de-la-pluieLe lendemain matin, nous travaillons à l’intérieur sans débâcher complètement car la pluie revient dans l’après-midi. Tant pis ce sera l’occasion de se reposer un peu.
travail-interieurLe lendemain, c’est reparti très tôt le matin. Deux équipes se relayent sur les différents chantiers (couture, assemblages, toiles…)2-equipes-montage-et-coutureIl faut assembler les différents morceaux de métis (isolant à base de vieux vêtements recyclés) afin de pouvoir y découper les patrons tu toit.

assemblage-de-lisolantQue voici…decoupage-de-lisolant-du-toitAllez, une petite pause bien méritée à l’ombre, le soleil cogne dur cette année.

petite-pause-bien-meriteeon pose ensuite, le frein-vapeur pour faire l’étanchéité à l’air. Moment délicat car il ne faut aucune fuite, aucun trou = scotch et colle P.U à fond (quoi ? ? ? c’est pas écologique ? Ah, on m’avait pô ditglasses)pose-du-frein-vapeureAh oui et avant ça il y a la toile intérieure quand même…pose-et-aggrafage-de-la-toile-interieurePose de l’isolant sur les murs, là aussi c’est bien d’être nombreux.

Pose de l'isolant du murLa même chose sur le toit… et là c’est encore plus important d’être nombreux.^^

pose-de-lisolant-du-toitY’a pas d’âge pour commencer à bricoler…
y-a-pas-dage-pour-commencerPas de photos de la pose des toiles extérieures… En fin de journée, la luminosité baissait et la fatigue commençait à se faire sentir. On passe donc directement aux vues de la yourte terminée…happy

vue-sudvue-nordvues-interieuresno-comment

Voilà, j’espère que ces quelques clichés vous auront donné un bon aperçu de ce chouette moment et peut-être même donné envie de vous lancer ? En bonus, ci-dessous une petite vidéo en lap-time (image par image accéléré) qui résume tout le montage de notre maison ronde.

Un grand merci encore à tous les copains qui nous ont aidés et soutenus dans cette aventure.